Je retiendrai que l'environnement est le cadre de vie des hommes et des femmes où s'affrontent en permanence leurs aspirations contradictoires :       

  • aspiration à la qualité de la vie dans une nature préservée,       
  • aspiration aux facilités de la vie apportées par la modernité.


De ce fait il en résulte le problème majeur pour la protection de l'environnement, à savoir, concilier:

  • d'une part la nécessité de protéger l'environnement, pour la présente génération et les générations futures,
  • d'autre part la nécessaire réalisation des équipements structurants et des aménagements, ainsi que l'exploitation des ressources naturelles, aussi bien biologiques que minérales, indispensables aux activités, au développement et au mieux-être des sociétés humaines.


Cet environnement doit s'apprécier à différentes échelles: cellule professionnelle (bureau, laboratoire, ferme...), cellule familiale (urbaine, rurale...), société et culture, collectivité locale et intercommunalité, région, entité nationale et entité d'histoire et civilisation voisine (l'occident, le sud-est asiatique, l'Afrique...), approche cosmique...

La déclaration finale du sommet des sept pays les plus industrialisés (Arche de la défense, Paris, France, le 16 juillet 1989) illustre bien la dualité de cette approche: "Nous nous efforcerons, ensemble, d'atteindre notre but commun : préserver un environnement sain et équilibré, afin de réaliser nos objectifs économiques et sociaux et de remplir nos obligations envers les générations futures".

Ainsi les problèmes posés par la préservation de l'environnement et le développement durable doivent être éclairés par la science et la technologie, mais les solutions relèvent avant tout de décisions à caractère économique et social, donc politique. Elles sont dépendantes de l'économie mondiale et du niveau de vie des populations du monde entier.